• DRAGON BALL OC CHAPITRE VII

    PASSÉ : LA JEUNESSE DE ZARBON ! NAISSANCE DE LA HORDE

    Zarbon, allongé sur un des bancs de la propriété, regardait le ciel étoilé de la planète Gurin. La voûte étoilée était superbe et la beauté intéressait Zarbon. Voilà, pourquoi il haïssait son côté obscur, ce soudain appel au meurtre qui faisait de lui un assassin recherché par les polices du monde entier. Seulement personne ne le retrouverait jamais, car on ne connaissait de lui que l’affreux faciès qu’il arborait quand l’appel se faisait trop pressant. Tel un lycantrope, il revêtait son habit monstrueux afin de perpétrer ses forfaits. Ses entrailles lui firent encore ressentir le besoin de tuer. Même le calme de la nuit, les étoiles et les deux lunes pleines n’apaisaient pas sa soif. Il se leva brusquement, épousseta son complet veston bleu, puis sortit de la propriété pour déambuler dans les rues. Il savait que sa garde robe s’épuisait et qu’il devrait bientôt se racheter de nouveaux vêtements. Il les détruisait à chaque transformation. Il aurait fallu qu’il dispose d’un vêtement qui épouse ses formes et puisse se distendre à l’infini. Pour le moment, il ne disposait pas d’une telle invention et devait donc mettre ses économies dans le prêt à porter. Zarbon passa une main soigneusement manucurée dans une longue crinière lisse et verte. Il pensait bientôt passer chez le coiffeur pour se faire faire une tresse. Cette masse de cheveux était plus encombrante qu’autre chose mais elle était un signe de beauté sur la planète Gurin : plus les cheveux étaient longs et fins, plus les regards d’admiration se posaient sur vous. Zarbon sentit alors l’odeur de sa future victime. Une jeune femme un peu éméchée sortit d’un bar, sa peau était vert cristal, son nez aquilin et son corps élancé. Mais elle n’intéressait pas Zarbon. C’était plutôt son cavalier, un homme grand et fort aux muscles saillants et à la peau couverte de cicatrices mal suturées. La brute allait-il profiter de l’ivresse passagère de la femme pour abuser d’elle ? Zarbon sourit. Il n’en aurait assurément pas le temps. Il les suivit donc d’un pas nonchalant jusqu’à ce que l’autre remarque qu’il était filé. Il s’arrêta et se tourna vers Zarbon. Celui-ci en fit de même. L’autre le regarda d’un œil mauvais prêt à en découdre. Zarbon n’en attendait pas moins.

    - Oh quel beau jeune homme, dit la femme, les pommettes rougissantes.

    - Tu ferais bien de disparaître au plus vite, intima la brute. Sinon…

    - Sinon quoi ? demanda Zarbon.

    Il n’y tenait plus. Sa chemise et son pantalon se déchirèrent dans un craquement sinistre, des muscles pulsant de veines épaisses au sang bouillonnant. Le visage de Zarbon devint hideux. La jeune femme se mit à hurler mais son cri cessa net quand sa tête, séparée du tronc, tomba sur l’asphalte du trottoir. La brute épaisse perdit alors toute contenance, face à la vitesse de la bête. Il envoya son poing vers elle mais Zarbon para tous ses coups avec une agilité déconcertante. La brute mit quelques instants à se rendre compte qu’elle avait maintenant un trou béant à la place du ventre. Il voulut dire quelque chose et un son s’échappa de ses lèvres asséchées. Il s’effondra, ses yeux sortant presque de leurs orbites. Zarbon était frustré. Il n’avait même pas utilisé un dixième de son pouvoir.

    Il pria alors encore pour que quelqu’un vienne le chercher, pour partir vers ces étoiles qui l’apaisaient. Il aurait voulu visiter chacune d’elle et s’y battre, combattre des gens toujours plus forts, apaiser la fièvre de sang qui menaçait de le faire condamner à chaque instant par la justice de sa planète.

    Alors qu’il courait dans les rues de Buru, il vit l’énorme vaisseau se poser sur la place centrale.

    *
    * *

    Cold ne cessait de tâter les cornes qui ornaient la coiffe qu’il portait désormais vissée sur la tête. C’était encore le mystérieux personnage qui lui avait apporté cet inhibiteur afin qu’il soit à même de contrôler sa puissance. Depuis quelque temps déjà, Cold sentait qu’il ne se maîtrisait plus, il avait même cru tuer Freeza lors de l’un de leurs entraînements. Il lui avait porté un coup tellement puissant en pleine figure que son fils était allé faire exploser le sommet d’une montagne avant de finalement s’écraser au sol sans vie.

    Quelques secondes de stupeur avant que Freeza ne se relève en essuyant le sang qui coulait sur son menton. Il avait passé une langue violette sur sa main tâchée, puis avait foncé vers son père en hurlant.

    Cold s’était mis en position de protection, prêt à encaisser l’attaque de son fils, mais quand il abaissa ses bras, ne voyant rien venir, il vit que Freeza se tenait à quelques centimètres en légère lévitation. Ses cornes noires se mirent à luire, comme si un fluide passait à l'intérieur. Saisi d’un pressentiment soudain, Cold leva ses yeux vers le ciel. L’étrange personnage aux cheveux d’or était encore là à les observer.

    - Papa, dit Freeza. Je vais aller explorer un peu la planète.

    Le démon décolla et disparut en un instant. Le bras de Cold l’élança alors douloureusement, la naissance de la douleur provenant du poing qui s’était écrasé sur la joue gauche de son fils. Des éclairs intermittents semblaient vouloir percer sa chair. Cold sentit alors un désir de violence s’emparer de lui. Il se dirigea à pleine vitesse vers la créature qui le narguait du haut des airs. Mais ce n’était pas le même que la dernière fois, même s’il avait lui aussi les cheveux aussi dorés que le soleil et les yeux aussi bleu que l’océan.

    - Qui es-tu ? demanda Cold.

    Apple sourit, narguant l’empereur du froid. Il sortit le même appareil que Cold avait mis de force sur la tête de son fils.

    - Depuis que vous avez quitté la planète Kälte, votre corps ne s’habitue pas aux brusques changements de pesanteur. Vous êtes incapable de maîtriser votre pouvoir. Grâce à cet appareil vous serez à même de canaliser votre puissance et de l’utiliser à bon escient. Regardez votre fils.

    - Je n’ai accepté votre offre que parce que Freeza était incontrôlable.

    - Vous le deviendrez aussi si vous ne mettez pas ça. Vous devez fonder une armée, conquérir l’univers.

    Cold s’approcha d’Apple. D’une frappe, il fit sauter la coiffe des mains du Yasai. Ce dernier tiqua.

    - Voilà qui est fâcheux…

    Apple disparut et réapparut à quelques mètres pour attraper l’inhibiteur en plein vol.

    - Les réactions de Freeza ne sont pas naturelles ! cria Cold. Je ne deviendrai pas votre pantin !

    Il fonça vers le Yasai déployant une aura puissante. Apple mit l’inhibiteur dans son dos. Son seul bras droit lui suffirait. Il évita les premiers coups de Cold avec facilité et bloqua un poing qui lui arrivait en pleine figure. Apple sourit et sans pousser un cri, sans dégager aucun ki, envoya valser Cold au sol. L’autre creusa la terre sur quelques centaines de mètres. Ses yeux révulsés témoignaient de son évanouissement.

    Quand il s’était réveillé, il avait cette chose sur la tête. Il avait tenté de tirer sur ces cornes étrangères, mais il n’y avait rien à faire sous peine de s’arracher la calotte crânienne. Il y avait également un nouveau vaisseau sorti de nulle part, le même modèle que celui qui avait miraculeusement atterri sur la planète Kälte.

    Cold en était là de ses pensées quand il se rendit compte qu’il ne savait plus pourquoi il avait cette coiffe. Un vague souvenir venait de lui revenir mais il disparaissait maintenant, happé par les brumes de l’oubli. Il avait toujours eu ses cornes et ce casque ivoirin. Ils faisaient partis de lui.

    - Nous atteindrons bientôt la planète Gurin, Maîtres, annonça le navigateur.

    Freeza s’avança d’un pas comme pour mieux voir la planète qui s’affichait sur l’écran.

    - De belles couleurs, des ressources naturelles abondantes, dit-il. Oh, oh, oh ! Cela peut être intéressant. Espérons que nous rencontrerons de puissants guerriers comme vous, Dodoria-san.

    Une étrange créature rose à la tête couverte de piques acérées, aux bras et aux jambes ressemblant plus à des massues qu’à des membres, au corps obèse, au visage aux traits disgracieux et soulignés au niveau des yeux par deux traits violets, approuva la remarque d’un sourire carnassier. Il resserra ses mains perçant sa peau avec de longs ongles sombres.

    - Je suis prêt à en découdre, Maîtres, dit-il. Je vais tous les laminer.

    - Pas tous, Dodoria-san, intima Freeza. Cette planète recueille en son sein de puissants guerriers. Nous devons les découvrir. Un peu comme je vous ai découvert. Oh, oh, oh.

    Dodoria se rappelait avec déléctation du Battle Royale organisé par Freeza et Cold après qu'ils aient asservi toute sa planète. Dodoria avait tué la plupart des membres de son clan, dernier survivant d’un jeu à l’échelle d’un continent où il fallait être le plus fort pour espérer gagner le droit de partir à la conquête de l’espace.

    - Cette planète semble également contenir quelques technologies intéressantes, dit Freeza. Il me faudrait un engin pour me déplacer au sol. Nous avons également besoin d’uniformes. Ses tenues vertes commencent à me faire horreur.

    - N’espère pas tout avoir d’un coup, intervint Cold en souriant.

    - Je ferai selon ce que vous m’ordonnez, Maîtres, dit Dodoria en s’inclinant légèrement.

    - Nous nous posons, dit l’un des pilotes du vaisseau.

    *
    * *

    Zarbon vit l’immense engin atterrir sur la grand place sans aucune considération pour les habitations alentours qui s’affaissèrent dans un bruit de fin du monde. Les sirènes de la ville se mirent à hurler. L’armée se déploya face à la soudaine menace. L’élite des forces de Gurin se déplaçait en volant vers le lieu de l’invasion laissant des traînées blanches dans le ciel. Zarbon admirait la formidable démonstration de forces. Il eut peur alors que les extra-terrestres qui venaient de débarquer ne puisse l’emmener avec eux pour partir à la découverte des mystères de la voute étoilée qu'il admirait chaque soir. Il décolla du sol sans réfléchir et fonça vers le vaisseau, espérant venir en aide à ceux qui restaient sa dernière chance de quitter Gurin.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :