• DRAGON BALL OC CHAPITRE XIV

    PRÉSENT : LA BÊTE TAPIE DANS L’OMBRE ! L’INTUITION DE VÉGÉTA :

    Gokû se stabilisa à quelques mètres de Gohan et Oob. Le père prit son fils dans ses bras.

    - Végéta ! dit Gokû. Je l’emmène chez Dendé !

    Gohan saisit la main de son père.
     
    - Non, c’est… trop tard.
     
    - Qui t’a fait ça ?!

    - Celui qui était sur Namek…

    - Zarbon, cracha Végéta.

    La tête de Gohan tomba sur le côté. Il était mort.
     
    - Gohan ! cria Gotenks ! Grand frère !!
     
    - S’il avait continué de s’entraîner, reprocha Végéta. Ça ne serait jamais arrivé.

    Quand Gokû posa les yeux sur la blessure béante de son fils, il eut l’impression de revivre ce jour où Krilin avait recueilli ses dernières paroles de mourant après qu’ils eurent été transpercés, lui et Raditz, par le Makankôsappo de Piccolo.

    Oob émergea des gravats et se dirigea d’un pas fragile vers le groupe. Gokû reposa avec douceur la tête de Gohan au sol. Quand Oob n’eut plus assez de forces pour se mouvoir, il se laissa tomber au sol, mais Gokû le rattrapa juste à temps, puis se téléporta immédiatement.

    Ce fut à ce moment que Gotenks défusionna. Goten se pencha auprès de son frère défunt, le regard empli d’humidité.

    - Grand frère…
     
    - Ne t’inquiète pas, dit Végéta. Nous le ressusciterons avec les Dragon Ball de la terre. Il n’a jamais été ressuscité par Shenron, n’est-ce pas ?
     
    - Euh… J’en sais rien en fait.

    - Il est probable que Zarbon se soit occupé de Gohan et Oob lorsque nous affrontions les Yasais.
     
    - Yasais ? demanda Trunks. Est-ce que c’était les énergies terrifiantes que nous avons repérées tout à l’heure ?

    - Sans doute, répondit Végéta. Zarbon est arrivé avec eux semble-t-il. Mais il a atterri ailleurs. Sur Namek, je l’ai tué d’une rafale et il a coulé dans un lac. Il y a donc plusieurs explications : soit mon coup ne l’a pas touché mortellement et il a pu rejoindre une medical machine. Ou bien il a été retrouvé par un des hommes de Freeza qui l’a mis dans une medical machine… Non, ça ne tient pas. Il aurait sans doute ensuite rejoint le Commando Ginyu pour avoir sa revanche. De plus, Freeza ne lui aurait pas pardonné sa défaite...

    - Euh… Végéta-san ? demanda Goten.
     
    - Oui, quoi ?

    - On ne comprend rien à ce que vous dites…
     
    - J’essaye de comprendre la situation ! cria Végéta. Maintenant, laissez-moi réfléchir !

    Végéta vit le corps de Gohan. Il eut une seconde la mine grave puis :
     
    - Emmenez son corps à Capsule Corporation, il y a des caissons de réfrigération. Puis annoncez la nouvelle aux autres. Mais dites leur bien qu’on va le ressusciter, d’accord ?
     
    - Tu restes là, Papa ? demanda Trunks.

    - Oui encore un peu. J’irai rejoindre Kakarotto tout à l’heure.
     
    Goten et Trunks mirent chacun un des bras de Gohan sur leur épaule puis partirent vers la capitale de l’ouest.
     
    Végéta décolla également puis se dirigea vers le lieu où s’était déroulé leur combat contre Zarbon. C’était ténu mais il sentait encore l’énergie du monstre et cette dernière allait en augmentant comme s’il se régénérait
     
    Imaginons que mon coup n’ait pas été fatal, pensa Végéta, mais que Zarbon n’ait pas eu accès à la medical machine, je vois mal Dendé venir le soigner (Le Saiyajin sourit.). Alors quelqu’un d’autre possédant cette faculté ou une plante avec des vertus similaires aux Senzus l’a soigné. Mais dans quel but ? Est-ce que ce sont ces Yasais qui l’ont sauvé ? Depuis combien d’années nous observent-ils ? Et pourquoi envoyer un être plus faible qu’eux pour nous régler notre compte alors qu’il ne leur a fallu qu’un coup pour me mettre à terre ?
     
    Végéta se stabilisa près du lieu où s’était déroulé leur dernier combat. Son intuition s’était avérée juste. Zarbon commençait à s’élever dans les airs alors que son corps et son armure étaient totalement remis à neuf.
     
    - Il va falloir t’éliminer avec un Genkidama…, dit Végéta en serrant le poing. Ou alors avec ma nouvelle technique. Tu m’en diras des nouvelles !

     
    *

    *          *
     
    Cerise, la plus scientifique du groupe des Yasais rebelles, attendait le résultat de la fusion des cellules de Son Gokû, Cold et Freeza. Cela n’était plus qu’une question d’heures avant que la cuve ne fasse émerger un premier clone.
     
    Le plan arrivait presque à terme et tout le monde était tombé dans le panneau. Cerise croisa les mains au niveau de son menton. Il avait fallu attendre trente ans avant que Freeza ne périsse sous les coups de Gokû, puis que le fils de ce dernier, Gohan, anéantisse Cell. Ils avaient encore attendu dix ans, voir si Gokû pouvait aller plus loin. Dix ans plus tard, le Saiyajin avait atteint le niveau Trois.

    Combien d’années de sacrifices, de stratagèmes pour arriver à cet instant ? Combien de visions, de plans de destinée ? Combien de temps à tisser les fils du destin afin qu’ils se plient à leur volonté ?! Le pouvoir des Kanassaseijins était décidément un lourd fardeau. Baddack en avait payé un lourd tribut. Baddack… Une épée se mit à racler le sol. Cerise sortit des pensées qui l’avaient assaillie depuis qu’elle avait pris place dans son bureau.
     
    Une lame acérée glissait lentement, entaillant de sa lame effilée l’acier qui composait le sol, créant de petites étincelles au crépitement ténu. Le personnage sortit de l’ombre. Il portait une longue chevelure un peu punk avec de grandes mèches couleur de plomb coulant le long de son dos. Ses yeux étaient d’un rouge ardent, menaçant. Sa bouche esquissa un sourire laissant apparaître des dents de vampire.
     
    Cerise posa ses mains sur son bureau, lentement. Une énergie malfaisante avait envahi la pièce, emplissant l’air d’une atmosphère d’angoisse.
     
    - Maô Kaiô Shin, murmura-t-elle.
     
    - Tout se passe selon nos plans, dit ce dernier.

    - Les premiers clones vont bientôt sortir des cuves.
     
    - Enfin… Cela fait plus de cinq mille ans que j’attends ce moment.

    - Et nous, deux cent cinquante.
     
    - Mais qu’est le temps pour nous ? Seules les créatures faibles tentent de le grappiller jusqu’à la mort et le passage vers l’autre monde. Ce temps aussi est révolu. Il n’y aura bientôt plus de monde des morts, plus de Kaiô. Plus de Kaiô Shin. Plus de Kami Kaiô Shin pour me barrer la route. La frontière sera brisée et je deviendrai le nouveau dieu de l’univers.

    Cerise avait déjà entendu ce discours. Il le glaçait à chaque fois. Pour le moment, Maô Kaiô Shin n’avait jamais fait la démonstration de ses pouvoirs mais elle les devinait immenses. C’était grâce à lui qu’elle avait pu maîtriser la technique des Kanassaseijins, grâce à lui qu’ils avaient trouvé les Dragon Balls pour tenter de se préserver de l’outrage du temps.
     
    *

    *          *

    - Végéta, dit Zarbon. Voici enfin l’heure de ma revanche.

    Le prince des Saiyajins se mit en position de combat.
     
    - Je voudrais te poser une question, dit-il, avant de t’affronter.

    - Je t’écoute.
     
    - Pourquoi les Yasais ont sauvé un être aussi méprisable que toi ?

    Zarbon sourit.
     
    - Il voulait que je veille sur eux.

    - Pourquoi ?
     
    - Parce qu’ils dormaient à intervalles réguliers. Parce que je devais garder les lieux pendant leur sommeil et parce que je faisais partie de leur plan de destinée.
     
    - Leur plan de destinée ?

    - Exactement. Tous les évènements vécus par les Saiyajins n’avaient qu’un seul but. Arriver à ce point précis du temps.
     
    - Comment ça ?

    - Je ne suis pas le seul à avoir été « récolté ». Il fallait pour cette Terre, quelqu’un d’assez puissant pour vous tenir tête sans pour autant vous tuer immédiatement. La création des clones est un subtil mélange de collecte d’énergie.
     
    - Je ne comprends rien à ce que tu racontes !

    - C’est simple. Les Yasais sont trop forts. Ils ne peuvent maîtriser leur force. Demande à un être humain de maîtriser sa force en écrasant une fourmi. Comment seulement la blesser alors qu’on pose sa semelle dessus ? Il ne peut y avoir de dosage pour les Yasais. Ils sont les Dieux de l’univers !
     
    - Tss… Combien de fois ai-je entendu ce discours. Que ce soit Freeza, Cell, Boo ou… moi… Nous avons tous mordu la poussière.
     
    Zarbon disparut du champ de vision de Végéta. Il reçut un coup de coude qui le projeta à une centaine de mètres. Il glissa au sol créant une grande travée. Il se releva en crachant un peu de sang.

    - Je vais m’occuper de toi lentement, dit Zarbon. Te presser comme un citron. Puis je te tuerai.
     
    - Je dois te vaincre en un coup, dit Végéta. Une seule attaque qui nous débarrassera définitivement de toi.
     
    - Essaie donc.
     
    Zarbon fonça vers son adversaire à une vitesse incroyable. Des éclairs parcoururent les rocheuses. Végéta bloqua le genou de Zarbon. Il venait de se transformer en Super Saiyajin 2.

    - Et maintenant, cria-t-il, une petite surprise !

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    12
    Mercredi 1er Septembre 2010 à 13:28
    Salut, je t'écris car je cherche un talentueux scénariste pour une suite de Dragon Ball que j'ai écrit (avant que cela ne soit détruit par un méchant virus qui a détruit six mois de travail) et j'aurais aimé savoir si tu pouvais m'aider à avancer dans mon projet.
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Carot Profil de Carot
    Dimanche 24 Octobre 2010 à 17:51

    C'est dommage que je n'ai aucun moyen de te contacter car j'aurais bien voulu participer à ton projet.

    3
    Samedi 24 Novembre 2012 à 07:56
    Auriyana Dashiell buy essay [url="http://writebuy.com#kjxya"]buy essay[/url] http://writebuy.com#kjxya buy essay :-DD kamagra 100mg [url="http://pharmacieenfrance.com/#uphvs"]kamagra 100mg[/url] http://pharmacieenfrance.com/#uphvs kamagra 100mg 7744 quick cash advance [url="http://durfen.com/#zodtm"]quick cash advance[/url] http://durfen.com/#zodtm quick cash advance jyk
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :